FANDOM


Au départ simple mémento à l'usage des seuls membres de la fédé de bridge, la publication trimestrielle As de Trèfle est devenue peu à peu une arme de guerre visant à déconsidérer ceux que l'on y appelle (on se demande bien pourquoi) les clubs pirates, en fait les bridgeurs de salon qui n'ont guère envie de nourrir grassement quelques centaines de mafiosi.

Le numéro de mai 2019 est caractéristique à cet égard : sans véritable argument, prétendre réformer le système de classement alors qu'il ne s'agit que de pérenniser et surtout d'accentuer le véritable racket qui, contrairement aux Échecs mais aussi à Othello, impose un sacré stakhanovisme.

Il y a juste cinquante ans, je pratiquais le bridge essentiellement entre amis et il m'avait suffi de ne jouer en compétition en moyenne qu'une fois par mois, donc sans l'actuelle épée de Damoclès, pour obtenir deux normes de Première Série majeure.

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .