FANDOM


(Ajout de catégories)
m
 
Ligne 65 : Ligne 65 :
 
[[Catégorie:Authors]]
 
[[Catégorie:Authors]]
 
[[Catégorie:Thinkers]]
 
[[Catégorie:Thinkers]]
[[Catégorie:Apologétique]]
 
[[Catégorie:Fiction et roman de langue anglaise]]
 

Version actuelle en date du mars 17, 2014 à 19:49

.../... that a mouse is too weak to fight a lion, but too strong for the cords that can hold a lion... (end of quotes)

Gilbert Keith Chesterton (Kensington, Londres, 29 mai 1874-14 juin 1936) était un des plus importants écrivains anglais du début du XXe siècle. Son œuvre est extrêmement variée : il a été journaliste, poète, biographe, apologète du christianisme ; aujourd'hui, il est surtout connu pour la série de nouvelles dont le personnage principal est le Père Brown (The Wisdom Of Father Brown, The Incredulity Of Father Brown..)

Chesterton a été surnommé "le prince du paradoxe". Il écrit dans un style assez déconcertant, avec des formules parfois surprenantes. On trouve par exemple dans Le nommé Jeudi cette phrase : "Les cambrioleurs respectent la propriété. Ils veulent juste que la propriété, en devenant la leur, soit plus parfaitement respectée".

Jorge Luis Borges voyait en lui l'un de ses "maîtres".

Biographie Modifier

Chesterton étudie à la St Paul's School de Londres, puis à la Slade School of Art dans le but de devenir illustrateur. Il suit plus tard des cours de littérature à l'University College de Londres, sans pour autant obtenir de diplôme. En 1896, il commence à travailler pour l'éditeur londonien Redway, puis chez T. Fisher Unwin chez qui il reste jusqu'en 1902. Pendant cette période, il se lance aussi dans le journalisme comme pigiste dans la critique littéraire et artistique. En 1901, il épouse France Blogg. L'année suivante, une chronique d'opinions lui est proposée dans le Daily News, puis en 1905 à l'Illustrated London News où il restera pendant trente ans.

D'après son propre témoignage, dans sa jeunesse, il aurait été fasciné par l'occultisme, et aurait notamment utilisé avec son frère une Ouija[1]. Avec l'âge, il s'intéresse de plus en plus au christianisme, pour finalement se convertir au catholicisme en 1922[2]. Chesterton aimait le débat, et se lançait souvent dans des discussions publiques avec G. B. Shaw, H. G. Wells, Bertrand Russell et Clarence Darrow, entre autres. Il mène une campagne victorieuse contre un amendement déposé par Winston Churchill à la loi de 1913 sur les handicapés mentaux, instaurant un programme de stérilisations contraintes.

Il meurt dans sa maison de Beaconsfield, dans le Buckinghamshire, le 14 juin 1936. C'est Ronald Knox qui prononce l'homélie de sa messe de funérailles, dans la cathédrale Westminster de Londres. Il est enterré au cimetière catholique de Beaconsfield.

Notes Modifier

  1. Autobiographie, Chapitre 4
  2. (en) L'histoire de la conversion de Chesterton

Œuvres Modifier

Romans et nouvelles Modifier

  • Le Napoléon de Notthing Hill, 1904
  • Le Club des métiers bizarres, 1905
  • Le Nommé Jeudi, 1907
  • La Sphère et la croix, 1909
  • L'Innocence du père Brown, 1911
  • La Sagesse du père Brown, 1914
  • Saint Thomas du créateur, 1933
  • L'Homme qui en savait trop, 1922
  • Le Retour de Don Quichotte, 1927
  • Le Poète et les lunatiques, 1929
  • Les Quatre petits saints du crime, 1930
  • Le Scandale du Père Brown, 1935
  • Les Paradoxes de Monsieur Pond, 1937

Essais Modifier

  • Hérétiques, 1905
  • Orthodoxie, 1908
  • Le Monde comme il ne va pas, 1910
  • L'Homme éternel, 1925
  • L'Auberge volante

Liens internesModifier

Liens externes Modifier

Modèle:IWL

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .