FANDOM


Jacques Ovion


Holmes piste Fantoni et Nunes


collection posthume


logo Scripta

___________________________________________

frontispice Modifier

La tricherie, c'est notre dopage : s’il est un mal dont notre jeu, qui peut s’apparenter à un sport au plus haut niveau, ne souffre pas, c’est bien celui du dopage à proprement parler.

POGACAR https://www.sports.fr/cyclisme/dopage-temps-quil-pete-bazar-379033.html#item=1https://www.sports.fr/cyclisme/dopage-temps-quil-pete-bazar-379033.html#item=1https://marahabout.fandom.com/wiki/Tour_de_France_topage_technologique_:_Pogacar_mieux_que_Cancellara

https://www.sports.fr/cyclisme/dopage-temps-quil-pete-bazar-379033.html#item=1

En effet, aucune substance illicite ne saurait permettre à un joueur d’accroître artificiellement son potentiel et ses performances. De plus, ce joueur resterait soumis, comme nous tous, au bon placement des cartes et à la répartition, plus ou moins agréable, des couleurs, sans parler du rendement de son partenaire et de ses adversaires.

En revanche, il existe une plaie, un cancer, qui gangrène le bridge : la tricherie. En l’occurrence, je ne parle pas de la “petite triche”, à laquelle nous avons tous été soumis un jour.

(extrait du Bridgeur #897)

introduction Modifier

Vingt ans déjà, quasiment jour pour jour, que je pistais une affaire de tricherie dans le bridge italien. Il s'agissait à l'époque de G. Belladonna, décédé peu de mois auparavant. Giorgio aura été jusqu'à sa mort numéro un mondial en "placing points" décernés par la WBF. Depuis, d'autres Italiens se sont eux aussi hissés sur la plus haute marche du podium. Naturellement, on songe à Lorenzo Lauria mais je pense personnellement plutôt à B. Garrozzo, par la suite naturalisé américain : même s'il ne lui a pas succédé, Benito aura àmha présenté https://it.wikipedia.org/wiki/Benito_Garozzo le meilleur palmarès parmi tous les joueurs survivants à Belladonna.

En ce début 2016, l'un de mes deux projets de livre de bridge concernait Jacques Ferran et son tout récent Guide du bridge. Depuis l'Encyclopédie d'Albarran, je n'avais plus rien rencontré de tel dans l'édition francophone. Mais cette somme est éclipsée par l'actualité de la triche. Cependant, il est trop tôt https://it.wikipedia.org/wiki/Fulvio_Fantoni pour dire si les premiers et seconds du classement mondial, Nunes et Fantoni, s'étaient mis dans une position de se voir retirer des titres. En effet, il existe une jurisprudence spécifique applicable aux bridgeurs de haut niveau. Jusqu'à occuper plusieurs pages dans Paris-Match, une polémique avait enflammé le bridge français mais la paire visée a conservé son titre mondial. Quant à Terence Reese, que Jacques Ferran croyait américain, il a lui aussi gardé sa Bermuda Bowl dans une équipe ne comptant que des Britanniques. Cela s'explique parce qu'au bridge, on est loin des sévérités du monde du sport : par exemple, Lance Armstrong a vu disparaître d'un seul coup ses sept victoires au Tour de France cycliste. Ultime exemple : Thomas Bessis figure avec son père sur le podium du National italien 2015 au même titre que les équipes Lavazza et Angelini ; je doute cependant qu'on finisse par lui retirer ce titre prestigieux alors que Fantoni-Nunes étaient ses équipiers.

Depuis une dizaine d'années, je confie la plupart de mes enquêtes policières à Sherlock Holmes après que je l'eus sorti d'une longue hibernation dans un vieux titre, signé Michel Alençon, et intitulé La fumée tresse de Sherlock Holmes. Cela devrait être la méthode adoptée dans un second tome en gestation puisque ce premier se limite à la genèse de l'ascension de la paire Fantoni-Nunes.

Le bref extrait, en frontispice, du journal le Bridgeur de septembre 2015 possède à mes yeux une triple portée :

- d'abord, ce numéro 897 est le tout dernier où ce mensuel (depuis il ne sort plus qu'un mois sur deux) l'on parle de triche sans mettre les deux numéros uns mondiaux dans le même sac, que d'autres paires alors déjà convaincues de tricherie ;

- d'autre part, le Bridgeur ironise sur les petites tricheries que nous commettons tous ; pendant mes quelques années comme arbitre, je m'étais efforcé de les gommer de mon jeu tout en me trouvant bien ridicule ; ainsi, dans un tournoi assez relevé à Meudon, ma partenaire avait entamé d'un singleton noir et avait aussitôt déplacé l'une de ses deux couleurs rouges pour éviter qu'elles se suivent dans son jeu ; à la fin du coup, elle n'était vraiment pas contente que je ne l'ai pas fait couper ;

- enfin, ce même numéro du Bridgeur commet àmha une grosse erreur concernant la COMPARAISON ENTRE DOPAGE ET TRICHE ; même si j'ai donné comme prétexte la presbytie pour justifier que je ne me rende plus comme kibitz à la Sélection et autres grands tournois nationaux, la vraie raison remonte à ce qui s'est passé au Stade de France peu après le 11 septembre 2001. Non ! cela ne me gênait pas d'être fouillé trois fois par jour mais je n'ai pas apprécié l'attitude des organisateurs à propos du dopage. Je tenais à tout prix à assister au cocktail qui précède la première journée de compétition et je me tenais à quelque distance des hôtesses d'accueil de ce Mondial de bridge. C'est alors que j'ai vu débarquer une Scandinave brandissant une ordonnance lui prescrivant je ne sais plus quel médicament. Elle devait insister en disant qu'elle en avait absolument besoin pendant toute la durée de la compétition. Sur le coup, j'ai naturellement pensé à Lance Armstrong et à son suivi médical suite à un cancer des testicules. De loin, j'ai vu que cette bridgeuse avait l'air rassurée et j'en avais déduit hâtivement qu'elle avait obtenu satisfaction... quinze jours plus tard, elle était privée (mais pas le reste de son équipe) de son titre de championne du monde suite à un contrôle anti-dopage positif.

COLLECTION POSTHUME : je profite de ce nouvel opus pour entamer, dans le prolongement de ma collection Watson, une série d'opus ""posthumes" ; en effet, ma chimiothérapie en cours m'a fait prendre conscience qu'il est temps de faire un tri dans ma trop nombreuse production de livres chez Ediscripta. Cette nouvelle collection mettra en valeur, si j'en ai encore le temps, mes principaux textes pas trop obsolètes et/ou présentant un intérêt particulier.

triches hors bridge Modifier

Pendant ces deux dernières décennies, avec ou sans Sherlock, je ne me suis pas contenté de dépister la triche au seul jeu de bridge-contrat. C'est ainsi que le titre $$$Retour des soupçons de triche parlait du monde des Échecs sans d'ailleurs que le personne inciminée$$$ soit déchue. Plusieurs autres fascicules, à la diffusion particulièrement confidentielle, concernaient le "pico-cosme othelliste". Un peu comme pour Belladonna post mortem, j'éprouve d'autant plus de sympathie pour le reversiste qui se sera vu lourdement condamné que la principale personne l'ayant incriminé n'a plus jamais été vue en compétition sur le continent européen.

Othello me concerne particulièrement car, au siècle dernier, j'avais arrêté la compétition pendant une dizaine d'années, pour ne revenir qu'à un âge trop vénérable, suite aux accusations de triche que j'ai subies. Depuis, la ligne qui correspond à mon titre national demeure désespérément vierge : il faut se pointer sur le principal site anglophone d'Othello pour en retrouver un écho grâce aux trois mots-clés : issy ovion othello.

TRICHES SUR INTERNET : pour ça aussi j'ai consacré quelques tomes dont le tout dernier Kwaimikaze bridge où mon exclusion définitive (j'ai même continué ensuite à recevoir des menaces anonymes) était plutôt basé sur la délation (en fait la calomnie) que sur des faits probants ; en effet, lorsque j'ai demandé des explications, cela a basculé vers de multiples insultes publiques aboutissant trop vite au fameux POINT GODWIN.

le franco-helvétique F. Zimmermann Modifier

http://www.monacohebdo.mc/4842-une-pointure-pour-la-federation-monegasque

Plus proche début 2016 de la Roche Tarpéenne que du Capitole, il est probable qu'à jamais la médaille d'argent obtenue par Monaco à la Bermuda Bowl de 2013 demeure le point d'orgue de l'épopée du Team Zimmermann en compétition internationale de bridge.

Sans doute malgré lui, Pierre Zimmermann aura utilisé les deux premiers mondiaux au classement WBF pour vite monter puis hélas dégringoler dans la hiérarchie.

Les différentes coupures de presse qui vont suivre, datées et choisies judicieusement au fil des années, vont permettre, comme promis dans la Préface, d'en suivre la genèse.

lexique "loufoque" Modifier

(dans l'esprit même de la nouvelle "collection posthume" justifiée dans l'introduction plus haut, $$$je prépare une nouvelle$$$ version --- à la fois augmentée de quelques faits plus récents et surtout diminuée d'éléments devenus obsolètes dont la totalité des mentions à funbridge --- du livre publié chez le même éditeur en $$$année$$$ et intitulé Lexique de bridge semi-loufoque)

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .