FANDOM


Isérois, poil aux bras ! Isérois, poil aux doigts !
Nom porté par les habitants du 38ème département français, poil au navet !
Entouré par les lyonnais qui sont de joyeux lurons, poil au menton !
Par extension, qui aime manger gras, poil au foie, dont la nourriture se compose de patates, poil à la tomate, de lard, poil au gnard, de crème, poil à la tête et d’oignons poil au nez (attention à ne pas confondre avec les échalotes poil aux crottes XD MDR PTDR !!!!).

Isérois, poil aux bras ! Isérois, poil aux doigts !

Modèle:Q

Modèle:Q

MœursModifier

L'Iséroise AttitudeModifier

On distingue 5 types principaux d'Isérois, classification coïncidant peu ou prou avec la répartition géographique dans le 3.8 (on dit en effet "Chui du TROIS HUIT, garçeuuuon, donneu moi ton pognnneeeuooonn" quand on est Isérois, c'est-à-dire voleur).

Fichier:Carrie fisher pipe.jpg
  1. Le branleur des buissons
     
    Concerne
    environ ¼ de la population iséroise.
    Signes remarquables
    On le reconnaît facilement à son pantalon de jogging flottant, très pratique pour se toucher la zigounette à travers les poches amples - il suffit de ne pas mettre de slip pour accéder à la zigounette plus facilement. Comme son nom l'indique, le branleur des buissons se cache dans les buissons du parc municipal et se tripote en regardant passer les adolescents du lycée Howard Stern. Il n'est pas bien méchant, car son champ de nuisances se réduit à l'entrejambe de son pantalon.
  2. Le niqueur de femmes saoules
    Concerne
    environ ¼ de la population iséroise.
    Signes remarquables
    Alcoolique et trentenaire, il fréquente assidûment les bars estudiantins dans l'espoir de sodomiser quelque jeune fille suicidaire à peine majeure. Son principal passe-temps consiste à filmer avec son téléphone portable le visage endormi de jeunes filles bourrées sur lesquelles il éjacule, puis d'envoyer la vidéo sur des sites pornos. C'est grâce à lui que de nombreuses jeunes femmes se voient refuser des postes à responsabilité au sein de grandes entreprises - les DRH vont sur les sites pornos et jugent avec férocité les malheureuses qui s'y trouvent dévoyées. … Modèle:Boîtebleue
    Fichier:15 Photo.jpg
  3. Le Grenoblois pure souche (on dis Greuneublois)
    Concerne
    environ ¼ de la population iséroise.
    Signes remarquables
    son bras gauche est plus long que le droit. Sa jambe droite est plus longue que la gauche. L'un de ses yeux ressort nettement, comme pour bondir hors de son visage tel un diable de sa boîte. Au Moyen Âge, souvent les montreurs de monstre capturaient les grenoblois afin de les exhiber lors des fêtes à monstre : "Venez voir le grrrrennnoblllois ! Son faciès monstrrrruuuueuuux, son corrrrps difffoooorrrme ! Tremblez devant la laideur ignominieuse du grrrrenoblooois !" En réaction à ce passé torturé, les grenoblois actuels ont recours à la chirurgie esthétique pour gommer les imperfections de jadis. Hélas, la chirurgie a ses limites comme nous l'a montré Laurent Weil, qui malgré des millions dépensés en chirurgie ne cache pas ses origines iséroises.
    Fichier:Medium nerd 2.jpg
  4. Le débile
    Concerne
    environ ¼ de la population
    Signes remarquables
    Ne se lave pas. Passe ses journées à errer dans le centre-ville en essayant d'attaquer les malheureux touristes égarés là par hasard. Le débile est un individu courant en Isère. Dans le temps, les isérois organisaient de grandes chasses au débile, mais avec leur recrudescence dues à de nombreuses unions "hum-hum", ils finirent par les accepter et même par leur donner des cartes d'électeurs. Ce phénomène est toutefois observable dans le reste de la France, une fois de plus, l'Isère a su se montrer un territoire précurseur de l'évolution de la société.
  5. Les Autres
    Concerne
    environ ¼ de la population iséroise.(je sais, on est est à 5/4, et alors?)
    Signes remarquables
    Ils ont lu des livres. Les non-autochtones se démarquent par leur propension à conduire à droite et à éviter de sortir leurs attributs génitaux en public, contrairement aux isérois pour qui c'est coutume que de faire mousser la zibelinette devant tiers. Les autres aiment réfléchir à leurs actions, manger des choses saines et ne pas forcer les gens à avoir des relations sexuelles contraintes. C'est bien pour ça que les autres sont si différents et qu'il faut les chasser de l'Isère à coups de boules de neige (l'arme traditionnelle des isérois). NB : vous l'aurez constaté, seuls des profils masculins émergent de cette section. C'est tout simplement parce qu'il n'y a pas de femmes en Isère. Modèle:Boîtebleue

L'Isérois et les rongeursModifier

L'Isérois (qu'il soit de souche, des terres froides, étudiant ou autre) a cependant un caractère fondamental, essence de son identité : Les Rongeurs. Si un jour, vous entendez un Isérois dire du mal d'un chinchilla, d'un cobaye ou d'un lapin nain, c'est qu'en fait, vous avez affaire à un Lyonnais ou à un inconscient. Les rongeurs sont pour l'Isérois le raisin sec sur la polente, la cerise sur le gâteau. D'ailleurs l'Isérois même s'il ne passe pas son temps dans l'anus des rongeurs est par définition un rongeur anal-addict. Tous les autres sont que des jaloux qui voudraient bien être sodomiser des rongeurs mais qui le pourront jamais, z'avaient qu'à naître en Isère pour bénéficier du minuscule kiki héréditaire des isérois, point barre. D'ailleurs les Z'autres ont trop souvent tendance à oublier que le siège social et la fabrique des anus de hamsters à piles portatifs se trouvent encore aujourd"hui, bien que rachetés par un étranger, à Moirans.

L'Isérois et les autresModifier

Modèle:Caution

Les "à peu près" amisModifier

Parmi les individus limitrophes, il en existe certains que l'Isérois tolère. Ainsi, le brûleur de granges varoises (à petite dose), le manouche sociopathe montpelliérain (mouaiff) et le tueur à la raboteuse niçois (même s'il ne sait pas conduire) sont à peu près admis en terre du 3.8 à condition qu'ils ne dépassent pas Pontcharra. Idem pour le "Berger assassin" ardéchois ou le "Néo-nazi sous psychotropes" de la Loire.

Ce qui donne en détail:

Le brûleur de granges varoises, plus connu sous le nom de "Pierrot", voisin plutôt sympathique avec qui l'isérois partage le Vercors et la passion des ravioles. Seul bémol un peu pénible la tendance des plus autistes d'entre eux de nier leur "pyromanie" pourtant historiquement incontestable et de se prendre pour des pompiers voire des préfets de police incendiaires...

Le manouche sociopathe montpelliérain. Descend rarement du tas de pierres sèches lui servant de pays. Son côté écolo proche de la nature en fait un ami naturel de l'isérois "branleur des buissons" ou "débile". Son principal défaut restant la forte odeur de fromage de chèvre qu'il dégage.

Le tueur à la raboteuse niçois . Concurrent héréditaire de l'isèrois depuis la nuit des temps... les relations restent tendues. Dépourvus de SDF à tuer les jeunes tueurs à la raboteuse niçois viennent souvent grossir les rangs des isérois "niqueurs de femmes saoules" (ils vont pas aller étudier à Lyon quand même!) ce qui au fil du temps a amélioré les relations iséro-tueur à la raboteuse niçois . De plus ils parlent un dialecte proche, bien pourvu en "Gné"s ce qui a aidé le rapprochement entre ces vieux peuples ennemis. L'histoire nous démontre que l'isérois est plus malin (et plus radin) que son voisin le tueur à la raboteuse niçois . En effet le tueur à la raboteuse niçois donna sa raboteuse à répare à Darty sans aucune contrepartie alors que l'isérois céda son téléphone portable filmeur de viols contre un bon paquet de blé.

Modèle:Gauss

Le "Néo-nazi sous psychotropes" voir Gaga de la Loire. Les ennemis de mes ennemis étant mes amis... le néo-nazi sous psychotropes est plutot bien vu en Isère grâce à sa légendaire et incessante lutte sans merci contre l'immigration sauvage. Comme avant l'arrivée de h'asiatiques fortunés le club local de football aka HH88 valait tchi, l'Amicale Nazie Footballistique a de plus souvent été club de substitution pour l'isèrois footeux.

Le mafieux corse fait également partie des "presqu'amis". Il a l'avantage d'être lui aussi agressif et analphabète... Et en plus comme ils sont en Corse ils emm...ent pas grand monde. Seul reproche à leur faire leur occupation illégale de la merveilleuse station de La Grave qui devrait être rackettée par la bane à Bruno au lieu de Luigi de Bastia (elle est du côté isérois du col mais les mafieux corses l'ont honteusement annexée à la Restauration...)

Modèle:Boîtebleue

Les "pas trop" amisModifier

L'Isérois n'aime pas trop le dictionnaire, ce qui n'est cependant pas réciproque. Le dictionnaire ignore totalement l'Isérois (si ce n'est qu'il considère ce type de citoyen comme une peuplade primitive) et ne comprend pas cette animosité ("Bin quoi, si ils veulent que leurs mots soient dans le dico ils n'ont qu'à faire l'effort de les écrire ! Savent-ils seulement ce qu'est un stylo ?").

Le dictionnaire et le cinéma font partie du TOP 10 des choses les moins aimées par les Isérois (le dictionnaire se classant premier et le cinéma 4ème, juste après le théâtre et la bande dessinée). Le dictionnaire est celui après qui l'Isérois cristallise toute sa rancoeur (à juste titre) dans l'ostracisme qui caractérise l'être humain vis-à-vis de l'iserois.

Les "on s'en tape d'eux"Modifier

L'isérois n'en a rien, mais alors strictement rien à taper des poètes de l'Antiquité, des romanciers du XIXème et des idéaux de mai 68.

Modèle:Boîtebleue

Modèle:Boîtebleue

La Technique Iséroise Modifier

La technique iséroise se dit d'une technique spécial de viol appliquée dans ce département. En deux mots quand un ami est sur un « coup » ... Il ne faut pas hésiter à s’interposer voir même à essayer de conclure a la place de ce même ami. On peut observer cette technique dans des bars comme le Isérois Café ou le Grenoblois Festif jusqu'à tard dans la nuit.

Isérois CélèbresModifier

Modèle:Josse

Nombre de personnalités sont issues du 3.8. Parmi elles, citons en vrac :

- Adolf Hitler : représentatif de la mentalité politique iséroise, Adolf Hitler possède sa statue à Grenoble, à côté du Palais des Congrès Joseph Staline et en face du Centre Culturel Mao Zedong.

Fichier:Hitler.jpg

- Steevy Boulay : représentatif de l'intelligentsia iséroise, Steevy Boulay donne régulièrement des conférences au Centre de Conférences Vincent Mac Doom de la rue Florent Pagny.

- Jean-Marie Bigard : représentatif de l'humour isérois, Jean-Marie Bigard se produit chaque année dans la salle polyvalente Jean Amadou pour l'arbre de Noël des Orphelins de la Police. Notons la présence en guest stars, l'année dernière, de Stéphane Collaro accompagné de Maxime et Arthur.

- Émile Louis : et pour cause dans son village, on y trouve la rue Émile Louis, la place Émile Louis, le collège Émile Louis, le musée Émile Louis, le lycée Émile Louis...

- Stendhal qui disait en critiquant Grenoble "au bout de chaque rue une prostituée de treize ans". Par un beau retournement, l'office de tourisme a su en faire un atout !

Fichier:Morse2.jpg

C'est aussi de ce département dont proviennent Jean-Marie Le Pen, Charles Pasqua, Bernard Tapie, Joey Starr, l'adjudant Chanal, Guy Georges, Marie Besnard (même si elle est née en Haute-Savoie et qu'elle a vécu plusieurs années en Savoie avant d'arriver en Isère), l'inimitable présentateur de stade 2 Joe Furiani, Clara Morgane la chanteuse, Jean-Pierre Putters, Joe Dalton, Hannibal Lecter, Caliméro, Jordy, le groupe de reegae Légion 88, l'auteur du commissaire Moulin Jojo Cacahuète, Christine Deviers-Joncourt, Elisabeth Teissier ...

Bon faut être honnête, y'a aussi Sam le pirate, Herbert le canard, Bob le moche, Jim la jungle, Placid et Muzo, Rémi sans famille, le surfer d'argent, Babar et l'enfant loup de Nord-Westphalie...

Il ne faut pas oublier Serge PAPAGALLI (actuellement connu de la France entière comme le chef des paysans de la Confédération paysanne).

Mais surtout Marc Dutroux notre "Robin des bois" national dont la complainte est chantée par les chères têtes blondes de nos petits villages, et l'énorme fête costumée de Saint Etienne de St Geoirs qui a lieu tous les cinq ans en sa mémoire.

Et, le meilleur pour la fin ! le chevallier Michel Fourniret "sans peur et sans reproche je donne l'heure à qui m'approche", un homme de foi, de bonté et d'honneur. En gros FOURNIRET est la mascotte des ISEROISES (ouais man ! y a des iséroises parmis les isérois !). D'ailleurs, les isérois ont tenu à lui rendre hommage en érigeant une statue de lui sur la place St André (dite "place du trib'"), à Grenoble.

A noter que 100% des écoliers Grenoblois ont toujours cru que "le génocide arménien", c'est à Grenoble que ça s'est passé...

Expressions iséroisesModifier

Si le patois local n'est plus qu'un lointain souvenir, l'isérois a encore, à bien des occasions, un vocabulaire à lui...

Modèle:Boîtebleue

AModifier

  • Automobile, en argot isérois, désigne une bagnole, une caisse.

Modèle:Q

  • À la calle A l'abri du vent.

Modèle:Q

  • Après y faire (action): Sert à souligner l'aspect répétitif et inutilie d'un action.

Modèle:Q Modèle:Q

  • Ave Les suffixes en "ave" : violave (viole), assassinave (assassine), crever les yeuaves (voir plus haut), enculave (arnaque, issu du verbe "roullaver"), démoliave (détruire, casser) , faire bombanssave (pour se saouler ou se goinfrer )...
  • A point d'heure: très tard.

Modèle:Q

BModifier

  • Balot (C'est)! : terme souvent usité sur les hauts plateaux pour montrer son étonnement de façon caustique.

Modèle:Q

  • Bavigne (y) : Il tombe une petite bruine.

Modèle:Q

  • bugner: Sur la route, percuter quelque chose et abimer sa carrosserie

Modèle:Q

  • Biasse : Sac a dos
  • Bois (envoyer du) : généralement utilisé en montagne, à la même sauce que "envoyer du gros".

Modèle:Q

CModifier

  • Cafi (ou claffi): Excessivement plein, rempli.

Modèle:Q

  • Cagnard : Soleil chaud

Modèle:Q

  • Chaï (à): trééés loin

Modèle:Q

On trouvera aussi par extension être à chaï les oies ou encore à chaï les bains.
Ne pas confondre Chaï avec Chatte, commune du canton de St Marcellin...
  • comègue: comme ça.

Modèle:Q

  • comaze, ou comace (verlan de comme ça): cf comègue.
  • Chaler : transporter sur son vélo

Modèle:Q

  • chaînes : ustensile metallique que le Lyonnais mets autour des jambes arrieres de sa femme dans les rues de Grenoble quand les sapins de Chamrousse sont blancs.

DModifier

  • Démon (avoir le): être dégoûté, dépité.

Modèle:Q Peut être abrégé en "avoir trop le dem's"

  • Daubé (le) : Petit journal local où c'est marqué "Dauphiné libéré" dessus.

EModifier

  • é isérois : cela choque les nouveaux arrivants mais dans le patois local, la prononciation de l'accent grave est quasi-inexistante : on prononcera :

Modèle:Q ou encore Modèle:Q

FModifier

  • Faudrait voir à y: Cela demanderait reflexion.

Modèle:Q

GModifier

  • Gabot: Petit étang situé derrière une ferme. Les maisons traditionnelles isèroises étaient construites en pisé (terre+paille), la terre était extraite sur place, on creusait donc un vaste trou qui se remplissait d'eau et qui servait ensuite de "fosse à merde" de la ferme. On y lançait les enfants désobéissants.
  • Guenille: Bite molle, sans energie, fainéante, pas très dégourdie. Par extension "Gueniller"ou G'nillier : Glander
  • gr isérois se prononce "gre" comme dans grenouille, grabataire, gratte moi la touffe, grimpe moi le derrière, fais-moi grincer la vaginette, grouille-toi de jouir les enfants sont réveillés, gras du cul ou grivoiserie.
  • Greuneublois Véritable nom de l'habitant de ploucville.
  • Goutte : se dit de l'équivalent d'un verre à moutarde de sperme. ex: "eh ! l'marcel, j'boirais bien une goutte !"
Fichier:Sombrero.jpg

MModifier

  • Maintenant : Prononcer "ménnant" sinon on comprend rien.

Modèle:Q

  • Margoulette (se casser la) :tomber sur les flics en allant aux putes.
  • Mayousses: Testicules.
  • Maramé: exprime la surprise. Un genre de "Ventrebleu !" local quoaa.

Modèle:Q

  • mort pilo: se dit d'une personne ayant excessivement subi de bourrage de fion (un iserois bourré quoi!).

Modèle:Q Peut aussi désigner un groupe de collègues Modèle:Q

  • Mouillé de chaud : en sueur:

Modèle:Q

NModifier

  • narvalo: se dit d'un fou, d'une personne insensée.

Modèle:Q

tire ses origines du manouche montpelliérain. feminin: narvaline (narvalette).

OModifier

  • Le vrai grenoblois n'habite pas à Grenoble mais à Greneuble. Seuls le parigot et le Lyonnais pensent que le Grenoblois habite à Grenoble. Les isérois dans leur ensemble semblent d'ailleurs ignorer que l'alphabet contient la voyelle "O".

Modèle:Q

PModifier

  • patin, couffin et caetera.

Modèle:Q

  • Peler (se/se les) : avoir froid.

Modèle:Q

  • Pelo : un gadjo "Dicave le pelo"
  • plier : se dit entre autres dans les magasins pour emballer plus ou moins sommairement.
Récemment chez le kiné : "votre gonzesse, je vous la plie ?" ... euh non merci !

QModifier

  • Quand même: Terme sans sens profond servant juste à terminer la moitié des phrases.

Modèle:Q

  • quinquin : fatigué

Modèle:Q

RModifier

  • Rapille: Terrain en forte pente. Exemple : la direction du boxon est en rapille.

SModifier

  • le s de "utérus" ne se prononce pas, celui de "blinis" oui. Seul le Parigot ou le lyonnais est assez con pour dire "utérussse".

TModifier

  • taffu(Prendre un coup de) : prendre une decision spontanée, inopinée et souvent folle.

Modèle:Q

  • tchave (Se faire la): S'en aller.
  • tchoukar(C'est): super bien, comme dans la phrase : c'est tchoukar les psychotropes et les anxiolytiques mélangés à de l'alcool !
  • tchi: Argot isérois pour rien, nul, zéro:

Modèle:Q Modèle:Q

  • tabazer: mettre plus d'énergie, se dépêcher.

Modèle:Q

  • tonche : une éraflure, un emboutissement.

Modèle:Q

  • tricot de peau un lyonnais dirait un tee-shirt
Modèle:Q

UModifier

  • U2: Avant d'être un groupe rock, le grenoblois sait que c'est le vrai nom de la rocade sud. A noter que le pur Grenoblois sait aussi que l'U1 était le nom du bout d'A48 qui arrive porte de France. Enfin, il faut savoir qu'un groupe de zic Grenoblois à pris le nom de "rocade sud" mais n'a pas eu le même succés que son homologue.
Modèle:Q

Prononcez ébin, si quelqu"un dit :ébinsse c'est un étranger, et les étrangers on les bute,ce "S" non plus ne se prononce pas, par contre pour "Mens" il faut et même plusieurs: "Minssssse". Si vous ne le faites pas, alors vous serez butés.

VModifier

  • viander (S): tomber, se ramasser la g.... , généralement en clou.

Modèle:Q Autre synonyme : "se gauffrer"... ou encore "faire un soleil"

  • Vionzer: Se dépêcher.

Modèle:Q

YModifier

  • Y,le Y grenoblois , si l'expression peut décrire la forme de l'agglomération, c'est aussi et surtout l'emploi du y à toutes les sauces qui donne à cette expression tout son sens. En effet l'isèrois non seulement dira j' y viole mais aussi j'y tue, j'y cambriole, j'y vote Le Pen etc...
     

(notons que son voisin savoyard fait de même, mais que son sens du Y dépasse l'entendement de l'isérois : comment comprendre le j'y me branle pas dans les buissons quand il pleut alors que le ciel n'y est qu'à peine couvert)

  • 'yaller : verbe à part entière, en Isère...

Modèle:Q

A trier (merci)Modifier

  • "Prendre du souci" : ¨préparer son entourage à un proche départ, rapport à l'heure qui tourne ! "On n'est quand même pas d'ici. On va (puis) prendre du souci pour pas se faire attaquer au coin de la rue par un niqueur de femme saoule.".
  • "pleuvoir des queues de Garenne": pleuvoir abondamment. Ex: "P'tain il pleut des queues de Garenne" (Réference à une queue de violeur de Garenne).

Modèle:Boîtebleue

  • "...ou pas": ce qui prouve que l'Isère n'est pas loin de la frontière suisse, il est parfois lent à se décider : "C't'aprèm', je vais aller au ciné... ou pas."
  • "Aplater": Rouer de coups. Ex: "J'vais l'aplater lui si il continue à me regarder avec sa sale gueule de monsieur-j'ai-lu-des-livres !"
  • "caillon": Cochon, porc. La seule partie du caillon que l'isèrois consomme est le pénis. Le reste est traditionellement échangé avec un manouche montpelliérain(qui en fera des diots) contre du vin de musaraigne.
  • "cabouin": la cabanne ou est engraissé le monsieur qu'on viole quand on chasse en Isère (cf Délivrance). Faut bien veiller a pas qu'y s'échappe.
  • "s'enpiager" ou "s'encobler": Se prendre les pieds dans un cadavre et trébucher "avec ses grands pieds y s'encoble".
  • Seul le Grenoblois voit l'accent circonflexe virtuel sur le "o" de viol. Le Lyonnais ne sait pas qu'on dit "viaule" et non pas "viol".
  • "Chailles" : dents, ex : "Avoir mal aux chailles après mordre un passant"... Pas de rapport avec "partir à chai" qui veut dire partir loin chez les sauvages qi lisent des livres...
  • "Doryphore" : Lyonnais. ex : "'fait chier, les doryphores sont en vacances cette semaine, ça va être le bordel sur les pistes. Je vais aller chercher mon pistolet pour les tuer". Certains "autres" isèrois peuvent employer le terme pour designer tout type d'isérois grenoblois... surtout quand celui-ci s'installe en masse dans son coin pour fuir les prix exhorbitants de l'immobilier de l'agglo. Exemple: "A Tullins y a plus que des Doryphores de toute façon ! Je vais aller chercher mon pistolet pour les tuer !"
  • "Niouler" : Gosse qui se plaint, pleurniche, fait un petit caprice. Ce type d'enfant plutot "penable" (on ne dit pas pénible en isére mais "penable" en insistant bien sur le a) est appelé "nioulard" ou plus simplement "merdeux". Ex: "Quelle penable ta merdeuse, elle a nioulé tout tantot ! Je vais aller chercher mon pistolet pour la tuer ".
  • "Chaume": Sieste. Exemple: "Mais qu'ils sont penables ! Mets tes merdeux à la chaume, qu'on ait un peu la paix!! Je vais aller chercher mon pistolet pour les tuer !"
Fichier:Pays-de-galles.jpg
  • Une personne qui titube en isèrois : "tu l'as vu l'autre comme il bratte ! Je vais aller chercher mon pistolet pour le tuer".

Du verbe bratter, très couramment utilisé dans les écoles iséroises.

  • "entre en plein" : expression utilisée pour demander à un invité d'entrer dans la maison afin de ne pas

rester sur le pas de la porte. "kes qui dit ? entre en plein ça pèle dehors, tu vas bien boire mon pipi !"

  • "moins quart !" : A la question "qu'elle heure est-il je vous prie ?", l'isérois ne vous donne que les jours

lundi, mercredi et dimanche sont les seuls qu'il connaisse). Pour l'heure, vous vous demerdez autrement ! A noter que le vrai Grenoblois ne dira jamais "moins LE quart", mais "janvier", voire "1986".

  • "Faire un cuplet" : tomber à la renverse "L'ot' guenille, y t'as fait un d'ces cuplet en vidant sa gnole !! Je vais aller chercher mon pistolet pour le tuer !"
  • "badinguet": personnage un peu niais dont le féminin est badinguette. De par sa différence, il encourage à aller chercher un pistolet pour le tuer.

Spécialités gastronomiquesModifier

  • Pipi macéré: Comme le Coca Cola cette boisson fut d'abord conçue pour être un médicament. A la différence du Coca Cola, le pipi macéré a bien le gout d'un médicament.
  • Caca de Sassenage: Aurait du s'appeler Caca du Vercors. Mais les habitants du Plateau n'ont jamais accepté que cette spécialité iséroise porte leur nom.
  • Cardon : Caca de la famille des cacas sans gout (voir caca sain, caca de végétarien....) qui sert d'excuse aux isérois pour manger de la crème dans laquelle on trempe généreusement le dit caca, se dit aussi d'une personne qui a mauvais caractère.

Modèle:Boîtebleue

  • Cacateuse: Liqueur faite par des moines muets dont forcément la recette est secrète. Il existe deux couleurs: la Verte pour les Hommes et la Jaune pour les Femmes et les Gonzesses (à tuer)... sans compter l'Elixir qui ne sert qu'à ranimer les morts. A noter, les étudiants en médecine grenoblois ont la chance de voir leurs soirées sponsorisées par cette substance corrosive, utilisée également pour désinfecter les scalpels.
  • Caca Dauphinois: Patates trempées dans de la diarrhée et cuites trop longtemps dans une odeur de prout. Les étrangers cuisent moins et doivent ajouter du fromage râpé pour la couleur.
  • Cacaquisette: Vomi blanc sucré, aromatisé et chaud, qui sévit dans beaucoup de fêtes locales (par exemple dans les vogues organisées par les conscrits). Attention, la légende dit que les conscrits urinent dans la marquisette avant de la servir a la buvette (pour lui donner un coté chaud). Les gueules de raies suite aux cuites prises à la marquisette peuvent durer des années.
  • Colombin de Grenoble : comme son nom l'indique, étron qui pousse à Vinay. Il n'existe aucune autre crotte digne d'être consommée en dehors de la crotte de Grenoble.
  • Petafine (ou ptafine): plat traditionnel du Dauphiné qui se présente sous la forme d´une diarrhée fabriquée à base de restes de déjections de fromages et d´eau-de-vie. Plutôt costaud ! A tartiner sur du bon pain.
  • Pogne: Etron etouffe-chrétien importée de Dromadairie voisine qui peut se conserver des semaines et se trempe bien dans le café le matin.
  • Ravioles: Excrétions sans viande.Forcément c'est moins bon mais ça se défèque plus vite ; Spécialité du Royans (région iséro_dromoise) et du Trièves. Unique plat servi lors des vastes banquets des vogues (connues ailleurs sous le nom de fêtes de village).
  • St Marcellin: Caca isérois puant et dégoulinant vendu exclusivement aux lyonnais.
  • Vin de musaraigne: Musaraignes pas mures trempées dans du vin-qui-pique et du sucre (beaucoup). A défaut de désaltérer, peut aussi servir de dégripant et d'anti-rouille. Recette volée au Pourrikistan.
  • Caca chaud de Lesdiguières: Mélange à base de cannelle et d'eau de vaisselle tiède qui sert à réchauffer les gars assez fous pour aller se branler dans les buissons en hiver.
  • Caca fumant de Savoie: Caca dont les seules bouteilles pouvant être comparées à du caca sont celles issues de sanisettes iséroises (commune de Chapareillan)
  • Murçon : espece de colombin à cuire. un peu comme le Diot des savoyard mais forcément meilleur puisque Isérois !!!
  • Coflaré : crotte sèche étouffe-chrétien dont l'ingestion sans un important volume de liquide (cela peut être du pipi ou du vomi de Savoie) est impossible. A noter que le caca de carnivore de Savoie, tel qu'il est défini plus haut, fait partie de la famille des coflarés.

Surnoms donnés aux iséroisModifier

  • "38 de malheur": Surnom utilisé par les savoyards (tout jaloux qu'ils sont, dédicace à Michael Youn). Fait référence à l'habitude qu'ont les isérois d'aller chasser en Savoie quand à mi-saison ils en ont ras-le-bol de passer la moitié de leur dimanche derrière une voiture lyonnaise pour monter tuer des gens avec leur pistolet à Chamrousse.
  • "Anoraks": Surnom utilisé par les lyonnais. Fait référence à l'habitude locale de s'habiller 6 mois sur douze comme si on allait sniffer de la coke dans la montagne. (oui bon c'est vrai que la population dite "pétée de tunes" sniffe effectivemment 6 mois sur 12...)
  • "Bruleurs de Parisiens": Fait référence à une vieille technique d'extermination des meutes de parisiens. (en gros vous attirez la meute dans un cul de sac et vous y mettez le feu, ils étaient fun nos anciens, hein?). Aujourd'hui utilisé comme surnom par l'équipe de hockey grenobloise (qui joue -pas trop mal en général- sur la Patinoire portant le nom ridicule de "Pole Sud").
  • "Intello": terme utilisé par le Grenoblois pour désigner un de ces confrère déjanté, ou complètement bourré par les transactions isèro-savoyardes ! (expression adaptée à la sauce grenobloise et provenant du dialecte des gens du voyage)
  • "Ours": Surnom utilisé par les 90% d'isérois planards pour désigner les 10% des isérois qui prennent une douche de temps en temps. Surnom également utilisé par l'équipe de hockey de Villard-de-Lans (qui joue -très mal en général- dans un vaste hangar réfrigéré).
  • "Planards": Surnom utilisé par les 10% d'isérois vivant en montagne pour désigner les 90% d'isérois qui ne cessent de parler de LEURS montagnes comme si c'était effectivement les leurs. Vous l'aurez compris, en Isère, on est très fier de son petit bout de terrain qu'on est prêt à défendre à coups de pistolet contre les étrangers ou même ses voisins.
  • "Waïkiki" : Surnom utilisé par les lyonnais, en référence à la célèbre ligne de vêtements d'une non moins célèbre chaîne de magasins de sport. Se veut un rappel malicieux à l'élégance toute relative des autochtones du 38 (voir "pervers en impers" "taulard en bas de survêt" et "zonard en parka militaire").

RéférencesModifier

Pour de plus amples détails sur l'Isérois, il est possible de consulter quelques ouvrages intéressants:

  • Comprendre le handicap mental, Dr Yann Breton, Le Seuil.
  • Ces Hommes dans les buissons - l'histoire d'un traumatisme, Virginie Rougier, Fayard.
  • Rapport sur la maltraitance et la violence gratuite, Commission Aubry 1998.
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .