FANDOM


Jacques Ovion et/ou Michel Alençon


Lasserre entre Espagne et Bordeaux


(la seconde partie sera titrée La NON-traitance du cinquième âge)


Collection posthume


logo Scripta

_________________________________

introduction

Le présent livre de bridge est essentiellement axé sur Guy Lasserre, le nouveau Basque (il n'y a pas qu'au surf !!!) champion du monde de bridge.

Rédigé par Martine Vialanes, la première partie de ce livre de la collection tête???bêche est axée sur Guy lui-même au milieu de son environnement à la limite des Landes, du Béarn et surtout du Pays basque.

La seconde partie est une version remaniée d'un LEXIQUE DE BRIDGE auquel Martine avait déjà largement participé ; c'est ainsi qu'ont été rajoutées les entrées GRENTHE (le capitaine de cette équipe championne du monde) ainsi que POZNAN, la ville où cette médaille d'or a été conquise de haute lutte.


09/04/2011 GRENTHE. Élu en octobre dernier, dès le premier tour, président de la fédération française de bridge, Patrick Grenthe est à la tête de la deuxième fédération mondiale (après les États-Unis). Il est né en 1949, ce patron d’entreprise lillois entre à 23 ans chez Choky –-- devenu ensuite Tropico –-- comme inspecteur des ventes, gravissant tous les échelons pour devenir P.D.G. en 1999.

Il apprend à jouer au bridge à l’âge de 15 ans et très rapidement s’intéresse à la compétition. Depuis 1976, il est classé en première série nationale. La même année, un curieux règlement qui n'aura été utilisé qu'une seule et unique fois l'élimine de très peu en demi-finale de la Sélection pour les Olympiades. Champion d’Europe seniors, quatre fois champion de France, il fera partie avec son partenaire Philippe Vanhoutte de l’équipe de France seniors aux championnats du monde en octobre 2011.

Très impliqué depuis longtemps dans la vie associative --– président du comité des Flandres de 1991 à 1998 et de 2006 à 2010 –-- Patrick Grenthe veut renforcer l’image du bridge. Pour lui, le bridge –-- le seul sport de l’esprit qui se joue par équipes –-- est très convivial. Il développe la concentration et la mémoire et favorise la prise de décisions rapides. Son objectif est de rapprocher la fédération des deux millions de bridgeurs français et de former 10 000 jeunes par an. Corrélat : 09/07/2011 POZNAN.


09/07/2011 POZNAN Le mercredi 29 juin 2011 restera marqué d’une pierre blanche dans l’histoire du bridge français. À Poznan, en Pologne, aux championnats d’Europe open, c’était le jour des finales des épreuves par quatre open, dames et seniors. Et les Français ont réussi l’authentique exploit d’obtenir des médailles dans les trois catégories !

Après le bronze pour nos dames (Catherine d’Ovidio - Véronique Bessis et Bénédicte Cronier - Sylvie Willard, associées à Sver - Smederevac), nous étions assurés d’une médaille d’argent en open, puisque la formation des Bessis père et fils, associée à la paire allemande Smirnov - Piekarek, disputait la finale contre la prestigieuse équipe de Mahaffey (Mahaffey - Cohler, Lev - Pszczola, Meckstroth - Rodwell). À 24 donnes de la fin, l’or semblait acquis aux Germano-Français, qui menaient de 58 imps ! Hélas, le vent tournait brutalement et les Américains l’emportaient finalement de 22 imps.

La belle et bonne surprise venait de l’équipe de Monaco A (Allavena - Nathalie Frey, Catellani - Fissore, Bompis - Quantin) qui, à l’issue d’un parcours exemplaire, arrachait la médaille de bronze aux Indiens des Texan Aces. Enfin, il restait nos seniors. Engagés en finale contre l’équipe anglaise comptant trois champions du monde (Hackett - Waterlow, Hallberg - Gothe et Price - Simpson), ils fournirent une prestation sans faille et construisirent tranquillement une victoire indiscutable. Bravo à Guy Lasserre - Philippe Poizat, François Leenhardt - Patrice Piganeau et Philippe Vanhoutte - Patrick Grenthe. Que ce dernier soit aussi le président de la F.F.B montre bien que le bridge français de haute compétition ne se porte pas si mal que ça ! Corrélat : 09/04/2011 GRENTHE. ___________________________________________

(note : ce qui suit pour mémoire mais sera probablement élagué au moment du bon à tirer de ce livre car trop anecdotique) ___________________________________________


LASSERRE guy (extrait du grand quotidien régional Sud-Ouest dans non numéro du mardi 8 novembre 2011 ; le champion du monde a droit à une très belle photo (j'en ai jamais vu une aussi grande de Chemla dans le Figaro) légendée ainsi : Guy Lasserre dans sa maison d'Anglet. Avec les cartes et la médaille d'or. PHOTO BERTRAND LAPÈGUE)

Par EMMANUEL PLANES · Anglet · Pyrénées-Atlantiques · Sur la plus haute marche. Guy Lasserre est champion du monde de bridge senior. C'est le couronnement d'une carrière qui a débuté il a trente ans.

Depuis le samedi 29 octobre, l'Angloy Guy Lasserre, 64 ans, est champion du monde de bridge senior. Il a remporté ce titre à Eindhoven, aux Pays Bas, avec l'équipe de France qui réunit cinq autres joueurs (1). Deux fois champion d'Europe et, l'an dernier, vice-champion du monde, il n'avait pas encore accédé à la marche suprême. Cette médaille d'or est, pour cet enfant de la Côte basque qui s'est mis au bridge il y a trente ans, « le couronnement d'une carrière ». Un rêve.

Guy Lasserre est d'autant plus ravi que l'équipe de France était loin d'être la favorite. Il ne risque pas d'oublier cette journée aux Pays Bas. Un championnat du monde de bridge commence toujours par des présélections, des éliminatoires, dans le monde entier. Vingt-deux équipes ont été retenues pour les phases finales. Au bout d'une semaine de rencontres, huit ont été admises à disputer les quarts de finale, dont l'équipe de France.

Un sacré suspense « Nous avons rencontré les Allemands contre lesquels on a gagné relativement facilement, raconte Guy Lasserre. En demi-finale, nous nous étions affrontés à l'équipe polonaise, qui était la favorite avec celle des États-Unis. Et là, ce fut beaucoup plus difficile. Nous l'avons battue au photo finish, l'équivalent des tirs au but, avec un écart infime, de 0,33 points, dans la quatre-vingt-seizième et dernière donne. La finale contre l'équipe des États-Unis fut, elle aussi, très serrée. On a mené durant la matinée, puis les Américains sont passés devant, et, à la fin, on les a grignotés, et on a fini par gagner de 4,67 points ! » Ce titre de champion du monde ne va pas changer grand-chose à la vie de Guy Lasserre. Joueur professionnel, il va continuer à enseigner la pratique du bridge, aujourd'hui essentiellement dans des clubs de Biarritz, qui a une longue histoire avec ce sport, et participer à des tournois avec des joueurs amateurs qui veulent s'offrir un pro.

Né à Bayonne, de parents biarrots, Guy Lasserre a commencé à habiter Biarritz, puis Bayonne et enfin Anglet qui est devenu son port d'attache. Il est souvent amené en effet à se rendre à Bordeaux où il est licencié, à Paris, mais aussi à l'étranger pour les championnats internationaux : en Pologne, aux Pays-Bas, etc. Le bridge traine encore l'image d'un loisir réservé à des bourgeois retraités. Une réputation que Guy Lasserre trouve partiellement injustifiée.

Pas réservé à une élite « On peut jouer pour très peu d'argent. C'est une activité qui permet de garder la forme intellectuelle et qui n'est pas du tout réservée à une élite bourgeoise. » Le professionnel reconnaît, en revanche, que l'âge moyen des joueurs est plutôt élevé. « En fait, cela dépend des endroits. Il faut aller dans les grandes agglomérations pour trouver des jeunes. À Biarritz, il n'y en a pas beaucoup. La majorité de mes élèves sont surtout des femmes d'un certain âge. Or, pour atteindre un bon niveau, il ne faut pas commencer trop tard. »

Pour conquérir un nouveau public, le bridge n'aurait-il pas intérêt, comme le poker qui suscite un véritable engouement, à miser sur la télévision et sur Internet ? Guy Lasserre, dont plusieurs collègues se sont mis au poker, soupire. « Pour bénéficier du même engouement médiatique, il faudrait simplifier les règles. Car le bridge, contrairement au poker, demande un long apprentissage : il faut lire, travailler, apprendre les techniques, si l'on veut jouer correctement. »

C'est ce qu'il a fait depuis plus de trente ans. Et bien qu'il soit « en semi-retraite », l'Angloy n'est toujours pas lassé du bridge. La preuve : ce week-end, il était à Paris pour y disputer les championnats de France.

(1) Les autres joueurs sont les Lillois Patrick Grenthe et Philippe Vanhoutte ; Philippe Poizat, de Montpellier, partenaire de Guy Lasserre, avec lequel il a gagné récemment l'Open international de Biarritz ; Patrice Piganeau et François Leenhardt.

martine adorable...Mercredi 14 mars 2012 21h48 De: "Jacques Ovion F-92000" <dupon52@yahoo.fr>Afficher les détails du contact À: "Alain Bonhomme" <bhtf@wanadoo.fr> Cc: "martine vialanes" <martine.vialanes@orange.fr> Cci: "Jacques OVION" <dupon52@yahoo.fr> autre photo de Lasserre :

http://www.eurobridge.org/bulletin/11_1%20Poznan/bul_13.pdf

--- En date de : Mar 8.11.11, Alain Bonhomme <bhtf@wanadoo.fr> a écrit :

> De: Alain Bonhomme <bhtf@wanadoo.fr> > Objet: RE: Zia habite Maurice et Lasserre habite... > À: bridge@ml.free.fr > Date: Mardi 8 novembre 2011, 17h15 > > Tiens tiens, une Martine adoooorable ))) > > Grosbisesall > > > -----Message d'origine----- > De : bridge-owner@ml.free.fr > [1] > De la part de > martine vialanes > Envoyé : mardi 8 novembre 2011 16:09 > À : bridge@ml.free.fr > Objet : Zia habite Maurice et Lasserre habite... > > > Toute une page dans Sud-Ouest .... Fo dire qu'en rugby le > B.O est au plus mal... > > http://www.sudouest.fr/2011/11/08/sur-la-plus-haute-marche-547494-3944.php > > Bonne lecture. > Marvia.

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .