FANDOM


En évoquant le monde invisible qui est une certitude plus forte que la mort, Madeleine Daniélou, juste avant sa mort (1880-1956), aura joué un rôle primordial dans le maintien et le développement de l'enseignement libre, en France comme dans d'autres pays. Parmi ses six enfants, on peut citer le cardinal Jean Daniélou et le musicologue hindouiste Alain Daniélou.

Biographie Modifier

Née à Mayenne le 16 novembre 1880, Madeleine Clamorgan appartient à une famille de très ancienne ascendance normande. Elle passe une partie de son enfance en Indochine, où son père est officier, puis, avoir obtenu son brevet supérieur à Brest, se rend à Paris afin de suivre des études de philosophie.

Elle est l'une des premières femmes agrégées de France.

Son mari, Charles Daniélou, est l'un des ministres du gouvernement d'Aristide Briand. Leur fils Jean deviendra cardinal, et leur fils Alain, musicologue. L'une de leurs filles, Catherine, épousera l'avocat Georges Izard.

En 1955, peu avant sa disparition, Madeleine Daniélou évoquera le "monde invisible qui est une certitude plus forte que la mort". Elle s'éteint au mois d'octobre 1956, à 75 ans.

Œuvre pédagogique et religieuse Modifier

Après les "lois Combes" de 1905 qui entendent mettre un terme à l'enseignement libre, Madeleine Daniélou consacre son énergie à fonder plusieurs établissements scolaires, catholiques, destinés aux jeunes filles.

En 1913, grâce à son intervention, naît le premier lycée français où les jeunes filles passent un baccalauréat classique.

À partir de 1918, commence la grande aventure de ses fondations proprement dites, avec en premier lieu les "collèges Sainte-Marie", d'abord à Paris puis à travers la France, et enfin en Asie. L'objectif de Madeleine Daniélou est d'apporter aux jeunes filles un enseignement équivalent à celui que dispensent les Jésuites dans les collèges pour garçons. Elle s'attache à y instaurer un haut niveau d'exigence, tant sur le plan scolaire que spirituel, aidée en cela par un prêtre jésuite, le père Léonce de Grandmaison. Celui-ci, théologien connu, est l'auteur de plusieurs ouvrages, en particulier Le Dogme chrétien, sa nature, ses formules, son développement (Paris, Beauchesne, 1928).

Dans les années 1930, tout en développant les collèges Sainte-Marie, "Mme Daniélou", ainsi que l'appellent les professeurs et les élèves, crée les écoles Charles-Péguy pour les enfants des milieux plus modestes.

Enfin, tout en restant elle-même une laïque, Mme Daniélou a fondé la communauté Saint-François-Xavier, proche des Jésuites, qui réunit des religieuses consacrées, habituellement nommées les "sfx".

Bibliographie Modifier

Voir aussi Modifier

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .