FANDOM


La vie religieuse est l'état de vie des chrétiens qui, au-delà des préceptes évangéliques (commandements), ont répondu à l'appel de suivre les conseils évangéliques et de mener une vie spécialement et totalement consacrée à Dieu : "Viens, donne tes biens aux pauvres et suis-moi".

Les conseils évangéliques, qui correspondent aux voeux prononcés par ceux qui entrent dans la vie religieuse, sont :

La vie monastique rajoute à ses trois voeux un quatrième voeu de stabilité. Ce voeu fait du moine le fils d'une abbaye, tandis que les religieux vivent dans des couvents.

La vie religieuse permet de se libérer d'autres devoirs d'état (famille, profession, politique), même par ailleurs légitimes, bons et indispensables dans la société, pour se consacrer à la prière et, le cas échéant, aux œuvres d'apostolat et de charité.

La vie religieuse peut être solitaire (ermites, anachorètes) ou communautaire (cénobitisme, chanoine), avec diverses gradations entre les deux états. Les Camaldules proposent ainsi une vie mixtte entre anachorèse et cénobitisme. Les Laures de Palestine proposaient autrefois un temps d'initiation à la vie religieuse d'abord commune avant de pouvoir vivre retiré. La vie religieuse peut aussi être coupée du monde (religieux cloîtrés) ou intégrée dans la cité. Ainsi pour certaines communautés nouvelles, mais déjà au XIIIe siècle pour les ordres mendiants : les routes sont notre cloître a pu dire le frère prêcheur Jourdain de Saxe (dominicain) pour montrer la continuité qui persistait quand même entre la vie retirée et la vie apostolique. À la différence des orthodoxes, l'Église catholique reconnaît plusieurs règles monastiques ou religieuses, correspondant à des spiritualités diverses. Les deux plus répandues sont la règle de saint Benoît et la règle de saint Augustin.

Il y a des religieux hommes et femmes ; un grand nombre de congrégations masculines ont aussi une branche féminine et un tiers-ordre (mais les congrégations exclusivement féminines sont, de loin, les plus nombreuses). Parmi les religieux hommes, certains sont diacres, prêtres ou évêques, d'autres non (provisoirement ou définitivement : "frères lais").

Les prêtres appartenant à une congrégation religieuse (appelés "R.P.", "Mon Père") combinent la vie religieuse et la vie sacerdotale ; ils sont "incardinés" dans un diocèse, c'est-à-dire qu'ils dépendent de l'évêque du lieu en même temps que de leurs supérieurs au sein de la congrégation. Les prêtres "diocésains" (appelés "M. l'Abbé", "M. le Curé"), qui dépendent uniquement de l'évêque et non d'un autre supérieur, ne sont pas stricto sensu des "religieux".

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .